La patate se fait accoster

Je faisais tranquillement mes courses dans un supermarché connu de la pataterie, quand un homme patate  m’accosta:

« Pas mal walayni safi, baraka 3alik men lahlawa ! 3atini portablek a zine» (Pas mal mais ça suffit, il faut arrêter les sucreries! Files moi ton GSM beauté).

J’ai d’abord cru que c’était un homme patate catapulté de quelque contrée lointaine, comme l’Ethiopie ou la somalie, où la nourriture se faisait rare. Que c’était un étranger, ignorant tout de nos mœurs. Qu’il était habitué aux patates fils de fer, envers lesquelles l’élégance extrême était de vanter leur forte corpulence.

Mais à sa façon de bomber le torse, de faire le coq en me faisant des œillades de goret atteint de conjonctivite; à sa manière d’occuper sans gêne mon espace intime comme si j’étais sa chose privée ; je sus que c’était un spécimen bien de chez nous, labellisé 100% batata hamda !

J’étais habituée à la technique de viande avariée, celle où vous vous faites traiter de patapute, de patapourrie, de patadéversoir de toute la pataterie, de pataguenon ou patathon, selon l’imagination et le vocabulaire du dragueur refoulé.

Mais cette technique du chaud – froid est complètement inédite pour moi. Quelle est son fondement ? Croit-il réellement que son « coup de froid » va nous déstabiliser à un tel point qu’après cela, nous allons nous sentir tellement redevable et reconnaissante envers son immense générosité et altruisme de bien daigner s’enquérir de nos coordonnées ?

Ou alors, le dragueur a-t-il été investi commandeur des standards de beauté ? Est-il juge d’un concours de téléréalité se déroulant dans une autre dimension, où j’aurai atterri à mon insu ? Est-il en charge d’une mission de purification menée par le parti du FNS (Front National Salé) ? Ce parti de l’extrême salé voulant expulser le sucré de la pataterie ?

Quoiqu’il en soit, je me demande si son innovante technique lui a déjà permit de conclure. A-t-il déjà pu pénétrer le territoire ennemi ? A-t-il goûté aux délices de la forêt noire ? A-t-il déjà joué aux patates sautées ? A-t-il connu la douceur du repos du guerrier qui, après l’intense effort, repose sa tête au creux des dunes ?

Le doute est permis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s