Un an de patate !

C’était le 21 Mars 2014, quand une petite patate rondelette a poussé sa première frite. Il y a eu des semaines très fertiles avec des portées de 03 articles. Il y a eu aussi des mois creux et désertiques.

Certains m’ont tout de suite égratigné : « Ah tu as créé ton blog ? Tu sais que moi j’écrits très très bien, mais mon poste de grand directeur lécheur ne me permets pas de dégager de la salive pour une autre activité »

D’autres ont montré autant d’intérêt qui si je leur annonçais que j’allais m’épiler un sourcil : « Ah tu as créé ton blog ? Je t’ai dit que j’ai pété dans le bureau de mon boss tout à l’heure ? »

Beaucoup m’ont encouragé. Bon d’accord, je n’ai pas gagné le Nobel du blogging. Aucun éditeur ne m’a contacté pour écrire un best-seller.  Pas de sponsor non plus pour me payer un mois de dorage dans une île. Zéro admirateur secret pour m’envoyer une pluie de perles de Derb Ghallef. Pas même l’ombre d’un fan pour m’inviter à un noss-noss.

 Mais certains d’entre vous m’ont félicité ou m’ont envoyé de gentils commentaires. Certains d’entre vous m’ont remercié pour le moment de plaisir que mes articles leur procuraient. Certains ont interagi avec mes billets. Certains les ont partagés et même recommandés. Certains m’ont tout simplement fait le privilège de me lire.

 Autant de cadeaux précieux que je reçois avec gratitude. Je me souviens encore de ce moment où j’ai atteint 100 lecteurs. J’avais l’impression d’avoir gagné le prix Nobel de la littérature. 100 lecteurs. 100 honneurs. 100 ondes positives. 100 waouh ! Peut-être un chiffre insignifiant et infinitésimal pour plusieurs professionnels du référencement. Une immensité à mes yeux. 100 lecteurs, avec un pic à 2500 pour un article bien précis (merci Benkikon). Pas de quoi impressionner google analytics. Assez pour avoir un petit sourire fier.

En démarrant ce blog, je n’avais aucune idée de ce que je voulais en faire. Je me suis lancé le lendemain d’un atelier de développement personnel auquel j’avais participé, et dont le thème était « ma place dans le monde ».

Un an après, je n’ai toujours pas de réponse. Mais je me suis découvert des traits que je ne me soupçonnais pas. L’humour par exemple. Je ne me suis jamais trouvée drôle. Et pourtant certains de mes billets vous ont fait rire. Mes larmes cacheraient-ils de l’humour en fin de compte ?

Je cherche toujours ma place dans ce monde dingue. Je ne sais pas quelle place ce blog y occupera. Peut-être qu’il déclenchera une carrière bâtie sur des mots. Peut-être qu’il restera la bulle oxygénée d’une patate qui se cherche. Ou peut-être qu’il se tarira avec l’épreuve du temps. Qui sait ?

Je n’ai toujours aucune réponse, mais je souffle avec plénitude la première bougie de ce blog. Et toi, cher lecteur, occasionnel ou régulier, je te remercie.

Sinon, 100 lecteurs c’est bien, mais 1000 c’est bien mieux non ? J

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s