03 semaines à Bali partie 1

Je suis désespérément incorrigible sur certains points, et notamment sur celui de la discipline et de la régularité. Mais vous avez appris à me connaître, et savez que chaque été, je me transforme en cigale égoïste, égocentrique et insouciante, qui ne pense qu’à chanter; faux et en playback; des refrains, et à photographier ses pieds.

De plus, aucun clavier ne pouvait distraire mes doigts de la glorieuse et vaillante mission qui leur incombait cet été : rembourrer consciencieusement ma bouée abdominale de cocktails, bières et mets exotiques!

Toutefois, mon égoïsme étant aussi bref et éphémère qu’un orgasme vaginal, je fais une réponse groupée aux fréquentes questions que l’on me pose sur Bali.

Commençons par The Big question.

Faut-il vendre son rein pour aller à Bali ?

Soyons clairs, les camemberts je préfère les manger puants plutôt que de les colorer sur Excel. Vous ne dégusterez donc pas de fines tranches budgétaires détaillées et classées par type. Je vous sers plutôt une purée grossière de mes dépenses pour une vadrouille de 20 jours en (très) haute saison de deux patates, comprenez faible marge de négociation, même pour 02 marocaines.

Voler jusqu’à Bali nous a coûté 12.000,00 dirhams chacune,  avec Emirates. Si vous vous sentez l’énergie d’enchaîner 02 escales, il y a une option moins chère : aller à kuala Lumpur, et de là, prendre un charter Air Asia.

Une fois les ailes métalliques assurées, il faut un nid.

Du lit rudimentaire à la douche cosy en plein air, en passant par le chalet typique en bois, nous avons alterné les standings et les types de logement. Une seule constante toutefois, aucune chaîne internationale ou grand hôtel. A l’exception du dernier soir bonus, nous avons résidé uniquement dans des guesthouses ou hôtels intimistes, gérés par des locaux pour la plupart. Nous n’avons utilisé aucune plateforme de réservation en ligne. Quand nous ne les avons pas dénichés sur place, nous avons réservé directement par mail. Au final, à chaque coucher de soleil, notre dodo nous a coûté 250 dirhams chacune (moyenne par personne et par nuitée en chambre double avec petit-déjeuner).

Hors hôtels et shopping, j’ai dépensé 43€ par jour. Ce budget, plutôt confortable, comprend les excursions, transferts, navettes et taxis ; mais aussi, un massage quotidien (au minimum) ; une manucure pédicure; l’équivalent de 10 rizières et champs de nouilles; quelques bons restaurants ; quelques (chers) repas occidentaux avec vins importés ; 3 (derniers) jours de flambage ; beaucoup de sorties ; 10 tonneaux de Bintang beer (maman si tu me lis, c’est une variante locale et mousseuse du atay glacé); et enfin; un apéro au mythique et exceptionnel Rock Bar coûtant une semaine de plats indonésiens. Mais certains couchers de soleils valent bien des plumes !

Maintenant que vous savez pouvoir enfourcher un tapis volant motorisé, tout en conservant votre rein, la semaine prochaine je vous indique où bronzer vos fesses avec vue veggie, sans vous faire dépecer la peau!

Pour lire la suite : Bali 2ème partie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s