L’Amour 2.0 : j’ai testé une application de rencontre

Dans un élan de bonnes résolutions, j’ai mis de côté ma peau de dinosaure et ouvert grands les bras aux nouveaux codes de notre merveilleux monde connecté, plaçant mes fervents espoirs dans les voies des NTIC pour sortir de sous terre mon Valentin. Bref, j’ai téléchargé une application de rencontre.

Ecoutant les bons conseils de mon entourage, j’ai snobé Tinder, trop connotée plan Q et privilégié une appli censée être un prélude à la magie des rencontres. Elle nous met en relation avec des gens que nous avons croisés dans la vraie vie et que nous n’aurions pas osé aborder. Ca c’est la promesse publicitaire. Mais je ne vais pas fignoler.

Il y a d’abord eu l’entrain de mon pouce débutant, déambulant dans ce supermarché de l’amour où je suis et consommatrice et marchandise exposée, distribuant des cœurs timides, et construisant la croyance que mon univers est rempli de possibilités de chouettes rencontres. Croyance rapidement mise à plat, m’apercevant qu’avec une photo, un prénom, un âge et une fonction pour seuls stimuli, je distribuais plus de croix que de cœurs !

Pas de photo. Tu caches quoi coco, ta femme, ta bosse ou les deux? Croix. Photo de Brad Pitt en profil. Un mythomane atteint du délire de bogossomanie. Croix. Photo avec cigare et pieds sur la table d’un resto de plage privée. Trop arrogant, trop m’as-tu vu. De toutes façons je ne supporte pas l’odeur du cigare. Croix.

Y a aussi Monsieur kadba Bayna (flagrant mensonge). Belle photo à la parfaite luminosité. Un gars jeune, beau, des cheveux lisses et blonds, des yeux bleus, une peau légèrement hâlée, une pose laissant deviner la tablette de chocolat sous la chemise, le tout portant un costard Smalto. Hey mon coco, crois-moi que si un tel spécimen se baladait à Casa, il y a longtemps que je l’aurais repéré. Et pas besoin d’une appli pour le localiser, j’ai une armada de copines dévouées à ma cause qui l’auraient pisté dans tous les restos de la ville.  Assouplis tes critères de recherche Google mon coco. Croix.

Y a aussi le moustachu à la mode du flic de chez nous. Risque élevé d’irritation. Croix.

Y a Monsieur description pointue. « 1 m 80, 75 kg, dentition en bonne état, on se verra les samedis soirs et un mercredi sur deux. J’aime qu’on m’embrasse de façon moyennement sonore le point situé 35° au sud de l’oreille gauche ». Trop pragmatique. Trop marché au bétail. Croix.

Y a aussi celui qui n’a que du Saâd Lamjarred en playlist. Faute de goût musical ou défenseur de la culture du viol ? Croix.

Parterre de préjugés me direz-vous ?! Je vous l’accorde. De bonne volonté et déterminée à débusquer mon Valentin, j’ai ouvert mon esprit, dépassé mes idées reçues, et distribué des cœurs … pour découvrir Monsieur Switch. J’ai eu un crush avec Fred, un brun de 42 ans dont la photo suggère la juste dose de virilité. Je me suis retrouvée en train de discuter avec Soufiane, un garçon à la voix aiguë laissant entendre un fort accent fassi !

J’en parle à une amie. Elle me dit qu’il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de tomber sur le prince charmant.  J’ai que ça à foutre moi que d’embrasser des crapauds? Et quelle perspective désespérante !

J’en reviens à ma question de base. Comment rencontre-t-on l’Amour à l’ère 2.0 quand on est accro de la magie, de la colonie des papillons au ventre et des yeux qui brillent? Comment se rencontre-t-on de nos jours quand on ne cherche pas à remplir une fonction mais à planer?

22 commentaires

  1. Je suis un peu comme toi, merci pour cet article très interessant. Je me lasse de ces applications, je veux aussi des papillons, de la seduction discrète… ce que l’on avait avant aussi. Le problème de l’application est que les hommes ont tendance à croire que « c’est dans la boite » et ne font pas forcément d’effort à l’idée de connaitre la personne en face. J’ai donc décidé d’y aller quand j’ai un élan de motivation et de me déconnecter en allant à la rencontre de l’autre par des moyens simples, des rencontres simples et je verrais ce que cela donne. 🙂
    Je crois qu’on rencontre l’homme de sa vie lorsque c’est le moment et que finalement rien n’arrive par hasard (le bon comme le mauvais).
    Belle soirée à toi,
    Jessica

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s