L’affaire Khadija. Chut, la justice bosse !

Pour rappel, Khadija, c’est la jeune fille mineure qui a porté plainte pour kidnapping, séquestration, viol collectif et maltraitance. Douze individus ont été arrêtés. 2 à 7 autres sont recherchés. Une enquête judiciaire est en cours.

Après une rapide petite réaction à chaud, j’ai estimé que le plus sage était de me taire en attendant que la justice rende son verdict. Mais n’étant pas indifférente au sujet, j’ai suivi et lu ce que nos chers médias ont pondu, principalement sur le net.

J’ai espéré que la prudence, la mesure et la présomption d’innocence prévaudront. J’ai espéré que nos médias respectent l’enquête en cours et soient rigoureux quant aux faits, propos et affirmations relayés. J’ai espéré que l’éthique prévaudra à la course au clic et au buzz. J’ai espéré que nos médias, mais aussi éditeurs de contenu se disant proches des jeunes, aient conscience que bien que choquant et dramatique (dans un sens ou un autre), cela reste un fait divers, et que leur rôle est aussi d’élargir et d’élever le propos et le niveau. L’absence d’éducation sexuelle, misère et frustration sexuelle, désœuvrement des jeunes, l’étroit cul de sac dans lequel ces derniers se trouvent, à fortiori dans les milieux défavorisés … voilà un maigre échantillon des thèmes que soulèvent l’affaire khadija, et que j’espérais voire traités et débattus jusqu’à l’overdose. J’ai même été ultra-optimiste et guetté ce média ou éditeur de contenu qui ferait des capsules de sensibilisation à la l’importance du consentement dans un rapport sexuel.

Que nenni ! Dans un pays où une victime de viol peut se retrouver inculpée pour prostitution, où il arrive trop souvent que l’on pense encore que la victime l’a cherchée. Dans un pays où très peu de femmes osent porter plainte pour viol. Dans un pays où le dénigrement des victimes est quasi-systématique et oh combien prévisible, les médias éthiques et professionnels se sont faits rares.

On a oublié qu’une enquête est en cours. On a oublié que Khadija est mineure. On a oublié que cette mineure, a eu des rapports sexuels, sous l’effet de la drogue, avec une vingtaine de personnes en l’espace de 02 mois. On a oublié que ces rapports sont présumés forcés et non consentis. On a oublié qu’on présume que cette personne a été vendue, plusieurs fois, par son présumé ravisseur, pour un joint, 50, 100 dhs. On a oublié les présumés sévices, brûlures de cigarettes. On a oublié que ce qui est enjeu dépasse le simple viol, mais pourrais être une affaire de traite d’être humain – mineur de surcroît. On a oublié que la justice ne se rend pas à base de vidéos virales. On a oublié qu’une enquête ne peut pas se baser uniquement sur des ouï-dire. On a oublié ce qui était en jeu. On a oublié ce que la notion de justice veut dire. On a oublié ce que c’est que faire obstruction à une enquête judiciaire. On a oublié que seuls les juges ont le pouvoir de statuer sur la vérité d’une affaire judiciaire. On a oublié que les émissions françaises d’investigation, que certains ont voulu mimer, ne traitent jamais d’affaires en cours d’enquête judiciaire. On a oublié que la présomption d’innocence s’applique aussi à la présumée victime.

La seule chose qu’on n’a pas oubliée est notre image de façade. Tout ce qui compte est de la préserver. Et pour ça, allons-y, enfonçons nous dans la brèche et traitons toutes les présumées victimes, de putes, de filles faciles ou de menteuses. Allons-y, au nom de notre chère image, dénigrons en force.

Et sinon, médias et éditeurs de contenus, en l’absence de toute éthique ou professionnalisme, et si vous vous la fermiez et laissiez la justice faire son boulot ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s